Strates

Le luth va-t-il tomber ?

A la fin de mes études universitaires, si l’on m’avait demandé deux exemples clés pour illustrer ce qu’est la science, j’aurais mentionné la notion de « strates » et celle de « détail invisible ». De la seconde, je parlerai une autre fois.

La notion de « strate » est un sommet de la pédagogie moderne. Elle est devenue, après bien des résistances, un outil intellectuel majeur.

Elle suggère que ce qui est dessous est plus ancien ; et que ce qu’on a construit ensuite est au-dessus. Cette notion rassemble, ou paraît rassembler, la Nature vue à travers l’idée des sédiments qui se déposent et la Culture où il semble que même pour le nier, on construit sur le passé, ‘sur les épaules des géants’1.

Falaise de craie à Chypre

Acte 1. Le sédiment

Pendant des siècles, on ne comprenait pas, et donc souvent on taisait, le fait qu’on trouve des coquillages dans les roches en altitude. On invoquait le Déluge biblique : pendant 40 jours et 40 nuits sans s’arrêter, comme dit aussi le célèbre Negro spiritual joué par Louis Armstrong2, les eaux ont monté jusqu’à tout recouvrir.

La Rotonda di San Lorenzo, à Mantoue, est à plus d’un mètre et demi sous le niveau actuel de la Place des Herbes.

Il a fallu beaucoup de courage et d’ingéniosité pour trouver la bonne solution. Les strates sous l’eau, qui avaient vu se déposer les coquillages, ont ENSUITE été montées en altitude par des mouvements de l’écorce du globe terrestre. Ce double mouvement est en réalité triple : dépôt, surrection, érosion. L’un de mes maîtres, André Haudricourt, avait une théorie cyclique pour les langues, qu’il a exposée avec l’aide de Claude Hagège dans leur livre La Phonologie panchronique, 1978. En en parlant avec moi, plus tard, il se référait explicitement au cycle géologique que je viens de résumer3.

Sous l’eau, les choses se déposent calmement comme des couches de poussière. Dans ce cadre, ce qui est au-dessus est plus récent ; chaque sol se superpose au sol précédent, et le passé est par-dessous. Vers la cave. Cela correspond, à une toute autre échelle de temps cependant, à ce qu’on observe parfois dans les sites habités, où les maisons anciennes étaient construites sur un sol qui nous paraît maintenant enfoncé. Il n’est pas utile d’expliquer cela aux archéologues : ils savent. Mais ils savent aussi les complications.

‘Coupe des terrains d’argile et de lignite à Soissons’, un des schémas à la fin de la ‘Description géologique des environs de Paris’ de Cuvier et Brongniart, 1822.

L’étude des strates sédimentaires se développe au début du XIXe siècle avec Smith en Angleterre et, de l’autre côté de la Manche, avec Cuvier et Brongniart dans le Bassin parisien4. Dans les deux cas, le principe de superposition des sédiments (donc la chronologie relative) est complété, et en vérité est animé par le repérage de fossiles-types qui « marquent » les couches. L’étude de ces restes fossiles montre que, d’une couche à une autre, les espèces alors vivantes, ou dominantes, n’étaient souvent pas les mêmes.

On devine le fantastique panorama ouvert par ces recherches-là.

Le seau est suspendu à l’arcature de métal, qui repose sur la margelle, qui repose à son tour sur des assises en pierre. Et si on lâche un caillou dans le puits, il tombe au fond. Le puits du jardin du Palazzo Castabili, à Ferrare.

Acte 2. Chute des corps et chute de pierres

Les dépôts sédimentaires existent parce que ce qui est pesant tombe, jusqu’à trouver un socle où reposer. Les constructions de pierre manifestent le même « tropisme » : si vous construisez une colonne segmentée en plusieurs tambours, ou un mur, il faudra poser le plus bas d’abord : dans l’histoire (cette fois très rapide !) d’une construction, ce qui est le plus en-dessous a été placé d’abord.

A vrai dire, ce principe qui semble aligner de façon « inclusive » l’activité des hommes sur celle de la Nature souffre de très nombreuses exceptions.

Plis dans les Alpes. (Voir mieux.)

Il souffre déjà, si l’on peut dire, dans la Nature elle-même puisque si nous voyons ces couches à l’œil nu, sur de belles parois montagneuses, c’est justement qu’elles ont été déplacées. Nous pouvons voir à de nombreux endroits, et parfois quand les rivières ont recoupé les couches ainsi mises à nu, que les couches sont pleines de plis ! Le « leçon de choses » est percutante : il est clair que d’abord la strate s’est crée, ensuite qu’elle a été montée en altitude et pliée, enfin qu’elle a été recoupée : nous pouvons apprécier le tout « d’un coup d’œil ». Mais si nous pouvons le faire, c’est grâce à beaucoup de savants d’autrefois qui ont pas à pas expliqué les stades successifs (les strates intellectuelles successives !) de ce qui avait pu se passer. Notre « vif coup d’œil » doit tout à ces gens-là.

L’améthyste, roche magmatique. Ici, pour une table d’apparat. La partie photographiée a 1 m de long.

Il en va de même dans le Bassin parisien, dont les bords ont été relevés par les mouvements de surrection, de sorte que c’est souvent au bord de « l’Assiette », ou sur les buttes-témoins, qu’on peut lire la stratigraphie plus facilement. Beaucoup d’exemples dans le Bassin parisien, comme la Butte Montmartre et ses carrières de gypse5 (d’où Cuvier tira de nombreux fossiles importants), ne sont plus guère visibles de loin ; un exemple intéressant est le mont Aimé, près de Vertus en Champagne crayeuse ; un exemple plus spectaculaire, relevant du massif du Vercors, est le mont Aiguille, encore sur le calcaire.

Enfin, rappelons-nous que toutes les roches ne sont pas sédimentaires. Et que la diversité de la formation des roches, et des paysages rocheux, est un sujet d’émerveillement même sur la Lune et sur Mars. De sorte que la bienheureuse convivialité entre l’Homme et la Nature souffre (à son tour) souvent d’éruptions et de convulsions qu’il vaut mieux observer de loin.

Acte 3. Constructions

Colonnes de façade. San Marco, Venise.

Il en va de même, finalement, des constructions humaines, dont les hasards sont bien différents de ceux qui désordonnent nos belles couches de sédiments. Car bien souvent, on a remployé des pierres anciennes (tombées ou non) pour construire du neuf, de sorte que tel chapiteau très chic, travaillé au foret ou au trépan vers Byzance, se retrouve en haut d’un fût de colonne antique ramené en galère depuis la Syrie, le tout dans la jolie façade de Saint-Marc, à Venise – qui est un des plus fascinants musées de pierres venues d’ailleurs.

Chacun aura ses propres exemples, car il y en a partout, et pas seulement dans les grandes villes marchandes. On a très souvent rebâti du neuf avec du vieux. On a parfois rebâti tel morceau de bâtiment en prenant soin qu’il ait « l’air vieux ». On sait qu’une partie des murailles de Carcassonne est à peu près une invention de Viollet-le-Duc (1814-1879). C’est tout le problème de la restauration des bâtis anciens – et on pourrait poser le même problème avec les meubles ou la peinture. Il devient difficile de raisonner sur la succession des couches, des strates.

A Ferrare, les monuments des ducs Niccolo’ III, à cheval à droite, et Borso d’Este assis, à gauche. Les deux statues sont des fontes récentes.

La restauration, qui a des pratiques et des exigences particulières et mouvantes, est une part d’un mouvement plus puissant de « réhabilitation » de lieux ou d’espaces qui, dans d’autres cas, passe par la destruction de tout ce qui est jugé laid, superflu ou malsain. Les églises romanes et gothiques de France, souvent superbes, souvent reconstruites en partie après les Guerres mondiales, étaient enserrées dans un tissu urbain très dense, parfois très pauvre, qu’on a fait disparaître pour les mettre en valeur…

Photos du chantier de « réhabilitation » en 1960. L’inscription à gauche est à l’endroit, à droite est à l’envers. Les inscriptions datent du XVIIe siècle. Elles sont désormais dans le ciment.

Il existe des exemples plus troublants. Les visiteurs de la ville italienne de Ferrare sont nécessairement passés entre la façade de la cathédrale et l’arche qui mène dans la cour du Palazzo del Municipio. De part et d’autre de ce passage se tiennent (ci-dessus) deux statues, supportées par deux colonnes. La statue équestre de Niccolo’ III (1383-1441) repose sur une sorte de petite arche, tandis que celle de Borso (1413-1471) son fils repose sur une colonne épaisse et étrange.

On sait que la colonne a brûlé dans un incendie en 1716. On l’a refaite en 1719, comme on voit sur la photo, avec de la pierre rose de Vérone et de la pierre blanche d’Istrie. En 1960, quand la colonne a été démontée pour en assurer la solidité, on a constaté que l’essentiel des pierres blanches était constitué de pierres tombales juives, portant des inscriptions funéraires en hébreu : on a alors fait des photos qui ont été conservées et publiées6. La communauté juive a voulu récupérer les pierres, en offrant de financer le remplacement. La demande a été ignorée, et les pierres des tombes sont maintenant solidement scellées : elles sont encore dans la colonne.

Passant, souviens-toi.

En 1960 ! On reste confondu. Giorgio Bassani, le grand écrivain de Ferrare, a publié le Jardin des Finzi-Contini en 1962. Et Ferrare est une célèbre ville juive, en ce sens qu’Ercole, le demi-frère de Borso et qui lui succède en 1471, accueillera les juifs chassés en 1492 d’Espagne et du Portugal. Le roman de Bassani (et le film de Vittorio de Sica en 1970) ont joué un rôle important – mais juste trop tard ? Les pierres tombales du XVIIe siècle sont maintenant retournées à la pierre – et c’est certainement ce que, en 1719 puis en 1960, on avait voulu.

Conclusion

Nous avons en français l’expression « c’est sens dessus-dessous », pour exprimer une confusion inexprimable ! En anglais topsy-turvy. En italien, on a l’expression a soqquadro, qui provient de sotto squadro7, c’est-à-dire ce qui arrive quand on enlève (dans une pile par exemple, ou dans une colonne !) ce qui est dessous…

Ce qui est dessous, en termes de construction humaine, n’est pas nécessairement plus ancien. Le réseau proliférant d’adductions et de décharges, eaux et égouts, gaz, électricité, téléphone, réseaux câblés, est généralement8 enterré. Cela date des retrouvailles9 avec une invention romaine : les adductions d’eau propre (les aqueducs) puis à niveau (fontaine), et les eaux usées dessous (égouts, cloaques).

Nous avons vu récemment les adductions d’ondes radio-télé passer de l’antenne (en haut) au câble (en bas). Dans le sous-sol encombré de Paris, le RER plus récent a dû aller chercher plus bas. C’est une stratigraphie.

L’homme sature son espace. Mais de ce fait, les dimensions de l’espace, le haut et le bas, échappent aux simples données physiques ou « naturelles » pour se trouver « réhabilitées » à leur tour. Quand les hommes commencent à invoquer « la Nature », c’est bien souvent qu’ils lui ont déjà mangé sa place et qu’ils le savent bien : ils commencent à discuter !

NOTES sur les images. (1) est un détail du plafond de la Salle du Trésor du Palazzo Costabili, à Ferrare, peinte par Benvenuto Tisi, dit Il Garofano (‘l’Oeillet’) entre 1503 et 1506. Les personnages sont « accrochés » à la voûte comme s’ils étaient à l’étage : c’est un dessus sans dessous, et le luth ne tombera jamais. (2) photo recoupée, issue de l’article Wikipedia ‘Stratigraphy‘. (3) Photo de fin juillet 2021. Cette Rotonda a une histoire passionnante. (4) Schéma dans le livre de Cuvier & Brongniart cité en note. (5) Le puits du jardin du Palazzo Costabili. (6) provient de l’article ‘Stratum‘. (7) Une table d’apparat, issue d’un atelier romain, de la collection Riminaldi, conservée au Palazzo Schifanoia. (8) Colonne de la façade de San Marco, Venise. (9) Voir le texte. (10) Copiées du livre de Paolo Ravenna, photo n°9, p. 42. Le fragment à gauche provient de la tombe de Salomon da Fano, mort le 9 décembre 1680 ; celui de droite de la tombe de Gabriel Finzi, mort en 1649. (11) Travaux d’adduction à Ferrare, juillet 2021. (12) Antennes à Mantoue.

  1. Le titre aussi d’un recueil de textes d’Umberto Eco. []
  2. Le titre est ‘Didn’t it rain’. []
  3. J’ai raconté une partie de cette histoire dans les Entretiens avec Haudricourt. L’idée d’Haudricourt était que les langues sont faites de morceaux fonctionnels qui ont tendance à s’agréger pour former des mots longs. Haudricourt ajoutait que ces mots longs « s’érodent » assez souvent, de sorte qu’ils sont compressés et redeviennent courts. Et de ce stade, peuvent fort bien redevenir longs, car les mêmes principes demeurent. Chez d’autres linguistes, on trouve une idée analogue formulée différemment : que la syntaxe des mots est l’origine de leur morphologie ; mais il y aurait beaucoup à dire… []
  4. Voir dans Gallica leur Description géologique des environs de Paris, nouvelle édition 1822. []
  5. Voir la page ‘Carrières de Montmartre‘. []
  6. Voir la note finale dans l’article de Agnese Faccini, ‘Gli epitafi dei cimiteri ebraici a Ferrara: vicende et studio di una formidabile fonte’, in Laura Graziani Secchieri (dir.), 2014, Ebrei a Ferrara Ebrei di Ferrara. Aspetti culturali, economici e sociali della presenza ebraica a Ferrara (secc. XIII-XX), Giuntina, 253-293 ; la note est pp. 258-259. Voir aussi le livre de Paolo Ravenna, 2003, Le lapidi ebraiche nella colonna di Borso d’Este a Ferrara, Gabriele Corbo Editore. Le livre publie toutes les photos, et les inscriptions sont publiées et traduites par Daniel Carpi. []
  7. Voir le Treccani ici. []
  8. Il y a des exceptions notoires pour les régions de haute sismicité : Asie centrale, Japon par exemple. []
  9. A Paris, le premier égout clos date de 1370 à Montmartre. La question des eaux usées est directement liée à celle de la puanteur, et de là à l’hygiène – surtout en cas de pestes diverses. []

Une réflexion sur « Strates »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.