Le goupil et le loup

Dans son livre sur le Loup, Michel Pastoureau parle1 d’Ysengrin, le loup du Roman de Renart. Ysengrin et Renart2 sont des noms propres, comme Chantecler pour le coq ou Brun pour l’ours. Ysengrin est un loup, Renard est un goupil. Dans les versions les plus anciennes de ces histoires, les bêtes n’avaient pas de nom propre.

L’image ci-dessus est un détail de la chasse au renard dans La Guerre des boutons, film d’Yves Robert3.

Vers 1150, dans une version latine des fables animalières, l’Ysengrimus, apparaît un récit fait d’historiettes combinées, avec des personnages portant des noms propres 4. Nous sommes sortis des fables où des bêtes anonymes jouent les rôles de farce drôle ou pénible, paraphés d’une moralité.

A la même époque on voit apparaître, dans les mêmes endroits d’Europe, des histoires combinées en romans, avec des personnages humains. Ces romans sont en vers, et les plus célèbres sont ceux du cycle « breton » de Chrétien de Troyes ; ils ne seront écrits en prose qu’à partir du XIIIe siècle.

Les romans en vers, puis en prose, sont des romans de chevalerie : même si les personnages sont parfois ridicules ou méchants, ce sont des gens de bonne condition : les manants sont très rares et ne portent pas de nom. Au contraire, dans le Roman de Renart, cette noblesse est neutralisée : Noble le lion et sa cour peuvent punir, mais sont en bordure des actions centrales, celles qui justifient le titre de l’ensemble : le roman de Renart.

Aux « deux étages » de la fiction, celui du lot commun et celui des chevaliers, la trame narrative implique qu’on donne aux personnages des noms5. C’est la seule façon dans un épisode suivant, de les identifier comme des personnes sans les ramener à des types. Le goupil sans cesse rejoue le goupil, mais Renart construit – à travers un espace social qui se construit avec lui – une mémoire et une ébauche de biographie.

Source6

Il n’en reste pas moins qu’un goupil n’est pas un loup, et Renart n’est pas Ysengrin. Les contrastes où se construisent les personnages reposent sur le socle des manières qu’on prête aux bêtes. Michel Pastoureau souligne que les animaux que les hommes utilisent dans les histoires, sont comme ceux qu’ils élèvent pour les manger ou pour s’amuser.

Dans les fables ou dans les récits, il n’existe pas d’animaux « tout crus », mais des animaux déjà « cuits » par les habitudes et les usages humains. Le généticien est sans doute intéressant à écouter, mais le loup ou le renard dont on en fait une histoire, ce n’est plus une bête.

Voyons maintenant le sort étrange du mot goupil.

Le mot latin était vulpe-, qu’on retrouve dans la norme italienne, volpe. Chez les gens proches des patois germaniques, le v- initial devenait souvent g- comme dans William ou Wilhelm qui devenait Guillaume. Dans ces régions-là, le latin volpe devenait golpe et, pourvu d’un suffixe, devenait golpil et plus tard goupil.

Image INTOURIST, années 1930 ? Source7

Même dans les pays latins, le mot vulpe a subi bien des misères, comme le montre le castillan zorro ‘renard’. Le mot latin était déjà étrange. Ernout & Meillet écrivaient8 : « Il est vain de chercher une étymologie exacte à un nom de cette sorte, qui est sujet à des déformations volontaires. » C’est une réflexion qu’ils n’ont pas faite pour le nom du « loup ». Et ils ajoutent, à la fin de leur article : « La dénomination est de caractère ‘vulgaire’, donc instable. »

Alfred Ernout et Antoine Meillet étaient de grands savants. Ils n’ont pas pris le mot « vulgaire » avec naïveté, mais qu’ont-ils voulu dire ? Qu’il existe apparemment des mots que « le peuple » aime chahuter, changer, avec une faconde ou un irrespect qui agace les classes bien élevées de la société. Les « mots populaires » sont labiles parce que le peuple se donne sur eux le droit de les changer, comme pour zorro en Espagne. Quand les « classes populaires » interviennent, ou quand on leur laisse la possibilité d’intervenir, certains mots « bougent ».

Et ce que voulaient dire Ernout & Meillet, c’est qu’on abandonne au peuple certains mots, mais pas d’autres : que le contrôle lexical s’exerce dans les œuvres sérieuses, en faisant la part du feu : pour le reste, le peuple fait bien ce qu’il veut, à force de petits noms ou de surnoms, ou d’argot inélégant, de province en province. Le loup a été plus surveillé, le goupil a été plus « populaire ». C’est exactement ce que dit le Roman de Renart.

  1. Michel Pastoureau, 2018, Le Loup. Une histoire culturelle. Seuil, chapitre 5. []
  2. L’orthographe ‘renart’ était normale jusqu’au XVIe siècle ; elle a été réservée ensuite au personnage du roman. []
  3. Le film d’Yves Robert, adapté du roman de Louis Pergaud (1912), est sorti en 1962. La séquence ici est à 41’20. []
  4. Ce texte est traduit en français : Le Roman d’Ysengrin, 2004, traduit et commenté par Elisabeth Charbonnier, Les Belles Lettres, coll. La Roue à livres. []
  5. Voir F. Jacquesson, 2010, ‘Ce que dit le nom propre’ dans Monique Bourin & Pascal Martinez Sopena (dirs.), Anthroponymie et migration dans la chrétienté médiévale, Casa de Velasquez, XI-XXVI. Accessible ici. []
  6. Image retouchée depuis https://fr.wikipedia.org/wiki/Renard []
  7. https://en.wikipedia.org/wiki/Fox_hunting#/media/File:Hunting_in_the_USSR_(3530725667).jpg []
  8. Alfred Ernout et Antoine Meillet, 1939, Dictionnaire étymologique de la langue latine, Klincksieck. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.