Balthazar

Les grands opéras ou oratorios du répertoire ont puisé dans la Bible comme dans un coffre aux trésors infinis. Haendel, qui écrivit une quarantaine d’opéras, a trouvé ses thèmes dans l’histoire gréco-romaine, chez l’Arioste et le Tasse, dans des histoires princières, et bien sûr dans la Bible. L’oratorio Belshazzar combine presque toutes ces sources – et ce roi, nous l’appelons Balthazar.1 Que s’est-il passé ?

Charles Jennens (1700-73), l’auteur du livret, entendait utiliser cette intrigue pour batailler contre l’abominable mode du déisme – laquelle insinuait que les miracles n’existaient pas, et doutait que Dieu intervienne dans le monde après l’avoir créé. A gauche : un détail d’un portrait de Spinoza2, qui montra que les miracles étaient contradictoires avec la puissance divine, quelle qu’elle soit.

Jennens pensait au contraire, comme les évangiles chrétiens, que les miracles étaient la preuve même de l’existence de Dieu, capable d’intervenir dans l’Histoire.

Il voyait l’épisode de la captivité des juifs à Babylone, et leur libération quand Babylone fut prise par les Perses de Cyrus, comme la preuve de « la main de Dieu ». On pouvait d’ailleurs prendre la métaphore à la lettre, puisque dans la Bible, on trouvait dans le livre de Daniel un récit extraordinaire. Le dernier roi de Babylone, Bélšaaṣṣar (en anglais Belshazzar, en français Balthazar) y était un tyran qui veut utiliser dans un festin les récipients autrefois pillés dans le temple de Jérusalem. Mais alors que Balthazar festoie, une main sans corps vient tracer une inscription sur le mur.

Rembrandt, 1635, Le Festin de Balthazar. National Gallery, Londres3.

Terrifié, le roi convoque ses prêtres et savants, qui admettent leur ignorance ; mais la reine mère, survenue à cause du tumulte, se souvient de Daniel qui, lui, lit et explique l’inscription divine : Dieu a pesé le cas du roi, et a livré son empire à deux nations hostiles. Or – nous dit Jennens – c’est bien vrai puisque Hérodote4 et Xénophon5, deux historiens grecs, nous disent que Babylone a été prise par les Mèdes et les Perses, commandés par Cyrus, roi perse. Et dans le livret de l’opéra, à peine Daniel a-t-il déchiffré l’inscription sur les murs du palais, que Cyrus, le cours de l’Euphrate étant détourné, entre dans Babylone. En somme, Jennens a voulu, en associant sources bibliques et sources grecques, faire de l’opéra une machine de guerre contre les incrédules.

Les protagonistes de son livret sont (a) un personnage trouvé dans Hérodote, Nitocris, la mère de Belshazzar, roi de Babylone, puis (b) Gobryas trouvé dans Xénophon, allié de Cyrus, et (c) Arioch qui est dans la Bible un personnage du temps de Nabuchodonosor, celui qui avait pris autrefois Jérusalem et avait déporté les juifs – et parmi eux (d) Daniel bien sûr ; (e) Cyrus le roi perse et les deux rois babyloniens : (f) celui qui, deux générations auparavant, prit Jérusalem et (g) celui qui, dit-on, passa sa vie dans les banquets et, profanant la vaisselle du temple, mérita bien de voir à son tour sa ville prise et d’être tué. Comme on l’a vu, les noms de ces deux rois sont connus sous des formes un peu différentes en anglais et en français.

Le lecteur français est bien surpris car, longtemps dépendant des Bibles traduites du latin, il découvrait que le nom araméen de Daniel est identique à celui du méchant roi ; mais c’est sans doute dû, comme le tableau le montre, à une confusion au moment d’une traduction en grec – confusion que le latin a suivi . Les Anglais sont mieux lotis car les humanistes au temps du roi James Ier, qui ont traduit (1611) la Bible d’après l’hébreu, ont respecté la différence en hébreu. Haendel s’installe en Grande-Bretagne à partir de 1712 (il a vingt-sept ans et est déjà célèbre) : les livrets de ses oratorios sont écrits par des Anglais, et les noms de ses personnages sont donc souvent à la manière anglaise.

Le livre biblique de Daniel, sur lequel ce livret est en partie basé, avait été écrit en partie en hébreu et en partie en araméen6. Il raconte que parmi les déportés du royaume de Jérusalem, quatre jeunes gens ont été choisis pour servir le roi : on leur enseigne l’écriture et la langue des Chaldéens (=araméen), et on leur donne un nom chaldéen7 : Daniel est nommé Bélṭešaṣṣar (ang. Belteshazzar, grec Baltasar)8.

John Martin, 1821, Belshazzar’Feast (détail). Yale University9.

Ce Daniel semble avoir été le héros d’une série d’exploits dont les manuscrits de Qumran ont allongé la liste. Le livre biblique qui porte son nom est composé de plusieurs histoires plus ou moins accordées. Les premiers épisodes ont lieu au temps de Nabuchodonosor : de la prise de Jérusalem et du début de la déportation. C’est là qu’il est question de la statue dont la tête est d’argent mais les pieds d’argile, et qui symbolise les étapes successives d’affaiblissement propres aux grands empires ; c’est aussi parce que ses trois amis refusent de rendre un culte à une statue de ce genre qu’ils sont jetés dans un four, dont un ange les sort. C’est l’épisode des « Trois Hébreux dans la fournaise », souvent peint ou sculpté.

Dans une seconde partie, nous sommes sous le roi Belshazzar / Balthazar auquel Jennens & Haendel donnent pour mère la reine Nitocris. C’est beaucoup plus tard, et Daniel est vieux. C’est alors qu’aura lieu l’épisode de « Daniel dans la fosse aux lions ». Mais c’est à Daniel que fait appel la reine mère pour la fameuse inscription sur le mur, alors que roi débauché festoyait avec la vaisselle du temple de Jérusalem.

Rembrandt, 1667, La Fiancée juive (détail). Rijksmuseum, Amsterdam.10

Cette histoire du Festin de Balthasar (ou Balthazar) a toute la puissance d’un conte, et Rembrandt l’a illustré. Il a habité le quartier juif d’Amsterdam, où il avait des amis ; plusieurs de ses dessins et tableaux le disent, dont la célèbre Fiancée juive11 Mais quand il a copié l’inscription sur le mur, il s’est un peu trompé. Au lieu de l’écrire de droite à gauche, il l’a écrite de haut en bas12.

Quant au Balthazar des « rois mages », dans la série Gaspard, Melchior et Balthazar, le rapport n’est que lointain, et c’est toute une autre histoire !13

  1. On trouve des partitions à https://imslp.org/wiki/Belshazzar,_HWV_61_(Handel,_George_Frideric). []
  2. 1665, d’auteur inconnu, conservé à la Herzog August Bibliothek. []
  3. Source : https://en.wikipedia.org/wiki/Belshazzar%27s_Feast_(Rembrandt) []
  4. Hérodote, Histoires, 1, 191, raconte que Cyrus, suivant un expédient auparavant utilisé par la reine de Babylone, a fait détourner une partie de fleuve Euphrate et, les Babyloniens étant occupés à une fête, fit entrer son son armée dans la ville. Un peu auparavant, en 1, 184-85, il a décrit les travaux de deux reines, Sémiramis etplus tard Nitôkris, destinés à régler le fleuve en construisant des canaux. []
  5. Xénophon, Cyropédie, 4,6. Il décrit la rencontre de l’Assyrien Gobryas avec Cyrus, au service de qui il se met parce que le roi d’Assyrie a tué son fils. []
  6. Toutefois, le cadre de l’histoire est rédigé en hébreu. Pour l’araméen du livre de Daniel, voir Jean Margain, 1994, Le Livre de Daniel. Commentaire philologique du texte araméen, Beauchesne. []
  7. C’est donc le même bilinguisme qu’avec Esther, dans le livre biblique qui porte son nom. []
  8. Le nom de Balthasar pour Daniel est en Daniel 1,7 ; pour le roi Balthasar en 5,1. []
  9. https://commons.wikimedia.org/wiki/File:John_Martin_-_Belshazzar%27s_Feast_-_Google_Art_Project.jpg []
  10. Source :
    https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Fiancée_juive []
  11. Manassé ben-Israël, un dirigeant célèbre de la communauté juive, était de ses amis, et c’est dans un de ses livres que Rembrandt aurait copié l’inscription, mais en se trompant. []
  12. Le fait a été souligné d’abord par Franz Landsberger, 1946, Rembrandt, the Jews and the Bible, Philadelphia. Voir aussi Reiner Haussherr, 1963, ‘Zur Menetekel-Inschrift auf Rembradts Belsazarbild’, Oud Holland, Journal for Art in the Low Countries, 78/1, 142 sqq. []
  13. Il y a maintenant un billet à ce sujet : à la date du 03/03/2020. []

Une réflexion sur « Balthazar »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.